samedi 16 février 2019

Lexique autour des animaux : rédiger des devinettes

Depuis le mois de novembre, le matin, en arrivant, les élèves ont une inférence à lire. Nous avions créé des inférences avec des textes 100% déchiffrables, soit parce que tous les phonèmes sont étudiés, soit parce que les mots outils sont connus.




Mais nous sommes arrivés à une limite. Les élèves se donnent les réponses entre eux, ne lisent plus et écoutent les réponses chuchotées dans nos oreilles.
Nous avons donc décidé que chacun aura sa propre phrase. ça sera le mot de passe pour sortir en récréation!

Pour cela, nous allons faire écrire les inférences/les devinettes par les élèves.
Ils auront 50 animaux à disposition ( on va pouvoir faire 2 jeux différents et 50 matins sont assurés!)
Je vous mets donc à disposition le lexique qui va servir à écrire les devinettes, mais également à lire certains mots pour les tout petits lecteurs.

Suite à une conversation sur Twitter avec ma Koupine Julie, j'ai fait les lexiques en script et en cursif car nous n'avons pas réussi à nous mettre d'accord sur ce qui était  le plus pertinent pour les élèves. D'ailleurs, si quelqu'un a un texte théorique sur cette question, cela m'intéresse!

Suite à une conversation sur Twitter avec ma non moins Koupine Marie  j'ai conjugué les verbes à la première et troisième personne du singulier. Cela permet l'option :" je suis un animal. je vis dans la forêt" ou "c'est un animal qui vit dans la forêt".


https://drive.google.com/file/d/1dvOXWhtjfSf4NsUKrOr8fnm9KHuWn9iA/view?usp=sharinghttps://drive.google.com/file/d/1dvOXWhtjfSf4NsUKrOr8fnm9KHuWn9iA/view?usp=sharing

Vous allez pouvoir retrouver ces lexiques dans la partie les imagiers pour bien écrire
Mais vous pouvez les retrouver également en cliquant sur les images


Vous avez un TNI?
Filez voir le fil que MaterNum a fabriqué et que vous pouvez télécharger ici 

https://lewebpedagogique.com/maternellesmonique/2019/02/18/devinettes-ou-description-danimaux/

dimanche 27 janvier 2019

Garder trace de nos séances de compréhension orale : l'exemple de la galette à l'escampette

Lors de l'analyse des résultats de l'enquête menée par Mr Goigoux et son équipe, il a été mis en lumière que les enseignants ne travaillaient pas suffisamment la compréhension de lecture (seulement 16 % du temps accordé au Lire-écrire) et surtout que la compréhension n'était pas enseignée mais était travaillé par la réponse à des questionnaires ou la lecture de résumés à trouver etc. La tache de compréhension restait une tache écrite et individuelle.

Les 4 éléments qui permettent aux élèves de progresser réellement en compréhension sont les suivants :
- l'engagement actif des élèves
- Les hautes taches de compréhension : comprendre les personnages, comprendre l'implicite etc
- Un travail important sur le lexique et la syntaxe
- Un enseignement basé sur des supports variés.

Mme BISHOP fait partie du groupe de recherche de l'IFE. Je suis allée l'écouter en fin d'année scolaire 2017-2018. Cette femme est passionnante, humble et accessible!
Vous pouvez l'écouter ici :"Lire et écrire au CP" (16ème minute pour la question de la compréhension)

Lors de cette animation elle a présenté un dispositif qui s'appelle le VISIBILEO.
C'est une trace écrite idéale pour le rappel de récit.

Qu'est ce qu'un Visibiléo? 
Voilà ce que Mme BISHOP en dit :
Le visibiléo n’est pas vraiment une carte mentale. Il rend visible les liens, non pas des embranchements. Il est une sorte d’interface entre le texte et le lecteur. Le principe est de conserver les éléments principaux et de les relier.
Exemple de consigne : Je vais vous lire une histoire, votre objectif c’est de garder trace de cette histoire, avec les éléments les plus importants pour montrer comment ils « marchent » ensemble. Qu’est ce qui est important dans l’histoire, et pourquoi? Qu’est ce que je dois garder en mémoire? Et pourquoi?

Un visibiléo rend visible les nœuds de compréhension, c'est un schéma qui explicite les liens, les inférences, les déductions, les non-dits....


 Comment fait-on un Visibiléo? 
Il nous faut une affiche, des feutres de couleurs différentes et des illustrations de l'album étudié.
Il nous faut travailler avec les élèves sur la différence entre bulles de parole, bulles de pensée. Mais aussi expliciter les flèches pour relater les causalités.


Dans ma classe, on a instauré 3 couleurs : une couleur pour les bulles de parole, une couleur pour les bulles de pensée et une couleur pour les bulles d'émotion. Une troisième couleur sert pour ce que l'on souhaite mettre en évidence.

Je vous montre ce que cela donne et après je vous explique comment on fait ?
Allez, c'est parti !




Si vous connaissez l'histoire de la Galette à l'escampette, vous vous rendez compte que nous n'avons pas traité de la fin de l'histoire. Tout à fait, parce que le noeud de compréhension c'est la ruse du Loup, c'est la différence entre ce qu'il dit et ce qu'il pense.

Un autre exemple?

Là encore, comme vous le voyez, j'ai éludé le début de l'histoire, puisque ce qui m'intéresse, là encore c'est la ruse.

Information importante, que je n'ai pas dit encore : Le but de faire un schéma narratif et non un chemin narratif ! 


Comment fait-on dans la réalité?

Cette technique n'est pas toujours simple à comprendre pour les élèves. L'idée est donc d'être très cadrante lors de la première voire deuxième réalisation.

Les premières séances 

Pour cela, nous faisons le visibiléo ensemble, en groupe classe. Mes questions sont très dirigeantes.
Par exemple pour le visibiléo de Roule Galette qui est le premier que j'ai mené l'an dernier avec mes CP, j'avais placé la galette au centre.
Ensuite j'avais demandé aux élèves quels animaux allaient ensemble? et Pourquoi?
-> Les animaux de gauche car ils veulent manger la galette.
Ah bon? Le renard ne veut pas?
Si mais eux, y zi arrivent pas!
Ah d'accord et le renard, pourquoi il y parvient?
Parce qu'il lui fait croire qu'il ne veut pas, qu'il est vieux et sourd.
Mais comment tu sais qu'il n'est pas vieux et sourd? Et pourquoi il dit ça?
Parce que quand la galette arrive sur son nez, elle ne peut plus s'enfuir, il l'a mange.

C''est là que j'ajoute la bulle de pensée : Mais il pense quoi?

Et ensuite quand ils savent faire?

Ensuite, je leur donne les personnages. L'idée est que par groupe, ils réalisent leur visibiléo. La mise en commun permet de comparer les visibiléo et de prendre des idées dans chaque affiche pour que le visibiléo soit le plus complet possible.



On pourra ensuite, proposer aux élèves de passer commander des personnages dont ils ont besoin.
Pour les plus grands on peut même aller vers le dessin individuel.

Mais avant tu as fait quoi? 

Avant, nous avons décortiqué le texte pour bien le comprendre. Vous vous souvenez, au début de l'article (je me permets de faire un rappel car c'était il y a longtemps!!), je vous disais que le groupe Lire Ecrire de l'IFE avait mis en avant le besoin de travailler sur la syntaxe et le lexique.

Nous avons donc chercher dans le texte tout ce que l'on savait dans le texte sur la galette (dans la galette à l'escampette hein!)


Ensuite nous avons listé tous les synonymes de courir vite.


Tout cela permet aux élèves de bien comprendre le texte et ainsi quand ils raconteront l'histoire à l'aide du visibiléo d'avoir des expressions à réinvestir.

Alors? Je vous ai convaincu? Vous avez des questions? 
Je vous écoute en commentaires, par MP ou sur twitter!



dimanche 7 octobre 2018

cartes mentales sur les saisons

En production d'écrits, l'an dernier j'avais demandé à mes élèves d'écrire des mots en rapport avec la saison en cours puis un petit texte sur la saison.

Cela permettait de lier vocabulaire, production d'écrits et questionner le monde.

J'ai repris ce travail cet année avec l'automne, mais vu la date, nous nous sommes contenté de lister le vocabulaire en lien avec l'automne.

Je vous mets les 3 cartes mentales faites (il manque l'été!) et remercie Héléna pour la photo des feuilles :)