lundi 16 mai 2016

PMQC : Késako ?

Encore un nouveau sigle, Encore une nouvelle abréviation, Mais c'est quoi ça?

PMQC : Plus de Maitres Que de Classes. Voilà déjà un point d'élucidé!

Mais au final, qu'est ce que ça veut dire? Qu'est ce que je fais de mes journées?

Je vais déjà vous faire une présentation du dispositif PMQC puis vous présentez mon emploi du temps de manière un peu détaillé et enfin vous présenter les points positifs et négatifs.
(comment ça? ça fait thèse?!)

Le dispositif : 


Le dispositif est précisé dans « les 10 repères pour la mise en œuvre du dispositif « plus de maitre que de classes » en juin 2013. 

Enfin, trois notes d’étapes rédigées par le comité de suivi, en juin 2014, en janvier 2015 et en septembre 2015 permettent de s’emparer de manière plus efficiente du dispositif.
Dès les premières circulaires, l’une des recommandations est de privilégier le coenseignement comme modalité d’organisation pédagogique. 

Le coenseignement peut se définir comme un travail pédagogique en commun, dans un même groupe, temps et espace, de deux ou de plusieurs enseignants qui partagent les responsabilités éducatives pour atteindre des objectifs spécifiques. 
La circulaire 2012-201 du 18 décembre 2012 précise le cadre des interventions du maitre supplémentaire. Dès sa genèse, le dispositif prévoyait la mise en place du coenseignement. Cette dotation doit permettre la mise en place de nouvelles organisations pédagogiques, en priorité au sein même de la classe. Les 10 repères pour la mise en œuvre du dispositif précisent également les formes d’organisation pédagogique possibles : le terrain d’action du maitre supplémentaire est bien la classe du maitre, en coenseignement, même si ce texte laisse la place à d’autres organisations possibles.
Le comité national de suivi propose une nouvelle catégorisation des modalités d’intervention en classe dérivée de travaux anglo-saxons

Figure 1 : Les 7 modalités d’intervention des deux enseignants.
Dans les trois premières configurations (1, 2, 3) il y a coenseignement : les deux professeurs enseignent dans le même espace et leur action porte sur un même objet didactique même s’ils ne s’adressent pas toujours au groupe d’élèves au complet. Leurs interventions sont interdépendantes. Ces configurations sont évolutives : plusieurs d’entre elles peuvent se succéder au cours d’une même séance. Une séance peut par exemple débuter par un temps collectif (configuration n° 1 ou n°2) suivi d’un travail individuel autonome au cours duquel les élèves traitent les mêmes tâches avec l’aide des deux enseignants qui se déplacent et procèdent à de nombreuses rétroactions immédiates (configuration n°3).
Lors des interventions en tandem, les deux enseignants s’adressent à l’ensemble des élèves et les objets d’apprentissages sont communs à tous.

Figure 2 : Intervention en tandem.
Lors de cette modalité, les deux enseignants sont présents pour l’ensemble des élèves tout au long de la séance. Ils assurent ensemble ou à tour de rôle la passation de consigne, l’étayage ou le recentrage des élèves sur la tâche à effectuer et mènent conjointement la phase de structuration.
Mais parfois, des groupes sont ciblés pour sortir du groupe classe, à un moment précis de la séance, défini lors de la préparation,  même s’ils concourent au même apprentissage.
Cette modalité permet de proposer aux élèves la même situation d’apprentissage mais de faciliter la mise en place de différenciation pédagogique. Le groupe ciblé peut être un groupe d’élèves faibles qui nécessite un étayage particulier ou au contraire un groupe d’élèves performants qui va voir sa tâche complexifiée. Le temps didactique est donc divisé en 3 temps : du coenseignement en tandem en début et fin de séance et un temps où les deux enseignants aident les élèves mais chacun étant en charge d’un groupe d’élèves différents, défini précisément lors de la copréparation de cette séance.
Mais ce temps différencié se passe dans le même espace et traite de la même compétence.

Maintenant que vous avez le coté théorique, voici la réalité ! 


 Voici donc l'emploi du temps de la dernière période. 
Je détaille un peu pour vous donner un aperçu de mon travail, et pourquoi pas, vous donner envie de postuler! 

Fluence : Je prends des groupes de 4/5 élèves de CP/CE1 pour améliorer leurs compétences en lecture rapide. Cela a été très efficace. J'ai commencé après Noël et c'est un atelier que je mènerai de nouveau l'an prochain, c'est sur. 
Les outils : 
    

Compréhension CP : Cette fois, je prends les 10 CP. Nous travaillons sur la compréhension orale.
L'objectif est de leur donner des stratégies pour être ensuite performants lorsqu'ils liront seuls des textes. On travaille en ce moment sur les accords qui nous permettent de savoir si le texte est au féminin ou au masculin, si il est au singulier ou au pluriel.
Ex : Ils perdent l'équilibre / Il perd l'équilibre.

Les outils :



Lecture CE2/CM1 : Cette fois, je prends 9 élèves en difficultés. Mon objectif est de leur donner des stratégies pour mieux lire (donc comprendre).
Les outils :

http://www.1jour1actu.com/
 J'aime particulièrement un jour/1 actu car les élèves lisent des articles de journaux, ce qui est rarement travaillé en classe. Ce sont des sujets d'actualité donc ça permet aussi de développer la culture, la capacité d'argumenter et de débattre avec les autres élèves du groupe.
Un exemple pour vous donner envie : (attention ce n'est pas gratuit...)

Cela permet réellement de travailler la compréhension mais aussi le vocabulaire (synonymes, contraires...)

Ateliers de maths Cycle 3 : sur ce créneau, nous répartissons l'ensemble des élèves du cycle 3 par niveau de compétences et non par niveau de classes.
En ce moment, nous avons réparti les élèves autour de la compétence "utiliser des outils de géométrie" : groupe 1 : mesurer, tracer et tracer des angles droits. Groupe 2 : tracer angles droits et parallèles, Groupe 3 : cercle et programme de construction . groupe 4 : agrandissements

Production d'écrits CM2 : En ce moment, le travail sur le résumé. Mon objectif est de permettre aux élèves encore une fois, d'échanger, d'argumenter et surtout de mettre en mots les stratégies métacognitives.

Maternelle : 2 ateliers différents :
Un atelier sur les rimes (un article suivra!)
Un atelier liant langage oral et TUICS : un article suivra! mais vous avez déjà vu celui sur 4 petits coins de rien du tout

Maths CP : C'est souvent de la résolution de problèmes.
En ce moment, on travaille sur la monnaie.
Notre objectif, manipuler et verbaliser !

Résolution de problèmes CE1/CE2 : Même objectif que précédemment. J'utilise en alternance le travail de SCEREN que j'ai mis en forme et celui de Miss Bubble
Nous avons réparti les élèves par groupes de 3 les élèves résolvent les problèmes ensemble et nous notons les scores. A la fin de l'année nous élirons les champions!

Lecture CP : Je travaille sur la lecture documentaire pendant que ma collègue fait de la littérature de jeunesse.

Production d'écrits CP : En ce moment travail sur les rimes et ensuite réalisation d'exposés sur les animaux de la ferme.

Production d'écrits CE1/CE2 : En ce moment, travail sur les contes.


Qui y a t-il de commun dans mes interventions, que ce soit en co-intervention ou en co-enseignement? 


  • Le travail sur les interactions entre pairs
  • Le travail sur les stratégies métacognitives 

Bilan d'une année :
J'adore ce que je fais, j'adore travailler à plusieurs, monter des projets, réfléchir ensemble à comment faire au mieux, lire, chercher, réfléchir!
Ce qui commence à me manquer un peu, c'est de ne pas avoir ma classe... ne pas monter des projets transdisciplinaires.
Ce qui est compliqué : travailler avec d'autres m'oblige à suivre leur rythme et ne pas pouvoir travailler comme et quand je veux.

Mais bon, le bilan est LARGEMENT positif!

10 commentaires:

  1. Très intéressant, merci du partage !
    Du coup, ça ressemble quand même un peu au boulot possible d'un maitre E, je pense notamment à une année ici où la co-intervention était obligatoire, et donc où on ne prenait jamais de petits groupes en regroupement d'adaptation, mon EDT ressemblait au tien, avec les trajets entre écoles en plus, donc moins de plage.
    Finalement l'idéal, ce serait des postes comme le tien dans chaque école, et avec des gens comme toi aux commandes de ces postes (parce que bon, tout le monde n'est pas non plus aussi investi que toi !)

    RépondreSupprimer
  2. "Qu'est ce que je fais de mes journées?"

    Ah ben cool, si toi même tu te poses la question ;)
    Merci pour cette explication très intéressante, je la mets de côté, en vue d'un besoin futur (pour l'ESPE notamment).

    RépondreSupprimer
  3. SAge : Effectivement il y a dans le fonctionnement un peu du E, mais sans le spécialisé. Je ne suis pas une spécialiste de la difficulté scolaire... par contre, comme tout enseignant, je dois me poser la question de comment aider au mieux les élèves en difficultés !

    Unkledark : Moi je suis très lucide sur ce que je fais de mes journées!!! Mais pour des collègues n'ayant pas de PDM dans leur école, c'est surement un mystère ;)
    Si tu as besoin de plus de détails, n'hésites pas.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,
    Nous avons dans notre école un Maître +
    C'est vraiment génial, mais nous avons l'impression de ne pas optimiser son apport ...
    Notamment pour le travail à construire ensemble, nous nous épuisons en réunion. Comment fais-tu pour préparer ton travail en maternelle, cycle 2 et cycle 3 ? Tu vois les enseignants pour préparer et construire ? C'est toi qui propose les projets ou tu suis les enseignants ?
    Merci d'avance pour tes réponses ...
    Capu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour la co-préparation, il y a plusieurs cas de figures.
      Avec les collègues de cycle 2, on construit tout ensemble. On se voit pour faire le cadrage et ensuite on bosse par échange de mails
      Pour ceux de cycle 3, en général, on fixe la compétence, je prépare, j'envoie et on en rediscute.
      En maternelle, on prépare chaque séance ensemble car c'est pas mon fort la mater !

      Supprimer
  5. Pffffffffff, j'ai laissé tomber mon blog'lovin tellement il implosait, ça doit faire 2 mois que j'y suis pas allée mais je loupe des trucs!
    Je vois que tu interviens pas mal sur des doubles niveaux, est-ce que tu es parfois "utilisée" pour séparer ces niveaux? (Moi 2 classes dans ce cas, et on reste tous ensemble en lecture et production d'écrit, par contre on sépare en RDP car on suit la méthode "hénaff/Retz" pour tous les niveaux.)

    RépondreSupprimer
  6. A part les CP/CE1, sinon on fait en groupe classe.
    Mais pour les CP/CE1, je prends les CP en compréhension (article précédent!) et ma collègue fait le travail de Teacher Charlotte sur mini-lectorino.
    Mais bon, faut dire que dans les doubles niveaux les élèves des niveaux supérieurs sont souvent plus faibles que les élèves du niveau inférieur.
    Ex : les CE2 du CE1/CE2 sont presque non-lecteurs !, les CE2/CM1 idem ! et pour les CM1/CM2 ce sont des CM2 profils SEGPA

    RépondreSupprimer
  7. Bonsoir, article très intéressant ! Je voulais avoir ton avis : Pour la rentré 2017 le profil qui se dessine dans mon école est : 54 cp à répartir. Pour le moment nous serions 2 cp à 27 élèves. Chaque classe aurait une AVS. Et donc comme nous sommes en REP+ je devrai accueillir un nouveau prof avec qui tout partager (un seul ordi pour le tbi pour 2). Donc si je résume 27 enfants + 2 profs + 1 AVS : cela fait 30 personnes dans une même classe avec impossibilité d'utiliser une autre salle (idem pour ma collègue) ! Qu'en penses-tu ? Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je commence à paniquer en me disant qu'on va se "gêner", qu'il va falloir que je revois l'agencement de la classe...etc. Merci.

      Supprimer